L'Aventure Landaise : L'espoir du matin.

July 23, 2020

       Deux Jeunes Chasseurs ont tenté l' “aventure landaise“, à la quête d'une approche sur le mythique brocard. Va s'ensuivre une série de récits, afin de vivre au plus près cette chasse. Troisième volet de ce périple en direct du Blog des Jeunes Chasseurs de France...

 

      

Aucune lueur n’est encore visible ce matin, mais les 2 téméraires que nous sommes, sont déjà sur pieds, prêts à partir.

 

Le coin de la veille est à environ 800 mètres, alors pour être sur place rapidement, je décide de marcher le long de la D331. La route bitumée me permet d’avancer à bonne allure, le tout dans une discrétion avantageuse.

 

L'aube commence à s’éveiller, et mon objectif est en ligne de mire.

 

Mais au moment de bifurquer sur ma droite, et de partir à la quête du chevreuil, quelque chose retient mon attention, là, à une trentaine de mètres de l’autre côté de la départementale.

 

Mes jumelles, rapidement à porter de mains, sont désormais rapidement à porter de mes yeux. L’information rétienne remontée, m’indique la présence d’un brocard et de sa chevrette.

 

Celui-ci m’apparait de face et j’analyse scrupuleusement son élégance. De corps, un bel animal, en forme, beau poil uni, et soyeux. D’un point de vue de la ramure, c’est assez atypique, et pour tout avouer, ça me plait bien !

 

Il porte 2, de belles dagues, nettement au-dessus des oreilles, que j’estime à environ 20 centimètres de hauteur. C’est la première fois que je vois un tel trophée !

 

L’autre point qui attire mon attention, est la proximité des bois, qui sont quasiment côte à côte, et cette couleur blanche contrasté par le brun de la ramure ,qui est très visible sur le haut des bois. Une magnifique rencontre !

 

Le vent est à mon avantage, je prends donc le temps de le regarder, lui et sa compagne.

 

 

       Les secondes continuant de défiler, je décide d’entamer mon approche dans le secteur initialement prévu. Je salue donc le petit prince, mais une partie de mon subconscient décide de garder cette rencontre dans une partie de l’encéphale...

 

Ayant tardé à me mettre en place, je distingue très rapidement Dame Chevrette, en train de s’alimenter, dans le milieu du coin de sapin. Je saisie ma poire et m’assure de la bonne direction du vent, tout est bon. En route pour l’approche !

 

Le terrain est assez difficile. Peu évident d’évoluer dans ce sable landais, et de pas effleurer cette végétation si bruyante. Je parviens tout de même à me rapprocher à 80 mètres. Je pirsch et observe l’environnement.

 

La belle demoiselle, continue de jouer dans les sapins, mais aucune trace de son compagnon de terrain.

De peur de provoquer la panique, je garde mon Butollo dans ma poche, attend quelques minutes et décide de contourner sur la gauche, voir si présence il y a.

 

La manœuvre aboutit sur un succès, la maitresse des lieux est toujours présente, mais décidément aucune trace de mon objectif…

 

 

 

 

Je me pose sur mon tripod, une partie d’observation et de longues minutes d’attentes se heurtent à moi.

 

La chevrette se décide à rentrer en sous-bois, seule, à mon grand désespoir.

 

Le soleil commence à se fixer dans le ciel, je me décide, sans grande conviction, à faire un tour sous ces grands sapins et d’entamer mon chemin de retour.

 

Mais celui-ci ne change pas le déroulement de la matinée.

 

Je rentre alors au point de départ, démotivé, jusqu’au moment, où un percuteur frappant un étui cuivré au loin, se fait entendre dans le secteur.

 

Je crois bien que c’est Adrien, qui ouvre "le bal des balles".

 

 

 

 

 

 

 

Le temps de rentrer au pavillon, de festoyer au café du centre avec une boisson chaude et une viennoiserie, que des souvenirs de la matinée me reviennent.

 

Aurais- je une envie de recherche…

 

Des idées sur l’approche du soir ?

 

 

 

A suivre ...

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

L'Aventure Landaise : L'espoir du matin.

July 23, 2020

1/2
Please reload

Recent Posts