Articles

10
Jan
2011
En novembre 2010, la sortie mensuelle de l'Association Des Jeunes Chasseurs de la Vendée (ADJC 85) était consacrée à la découverte de la chasse au gibier d'eau dans les marais, plus particulièrement à la chasse à la hutte. Voici le récit de cette journée ...

Sept de ses adhérents se sont donnés rendez-vous sur le parking du Café des Chasseurs à Beauvoir sur Mer, où monsieur Léopold PIETERS les a accueillis. Après avoir enfilé les blousons pour nous protéger du glacial vent d'Est, Léopold nous a expliqué dans les grandes lignes l'entretien et l'aménagement qu'il doit effectuer chaque année afin de rendre sa hutte praticable et attractive pour les oiseaux migrateurs. L'objectif est bien sûr de voir des oiseaux se poser sur le territoire lors des soirées et matinées de chasse.  Pour cela, toute l'année, il doit piéger les ragondins et rats musqués, débroussailler le tour du plan d'eau, alimenter ses appelants, gérer le niveau de l'eau, etc.

Ensuite nous avons fait une balade autour du territoire, composé d'un plan d'eau peu profond, de volières pour les appelants et de deux huttes : une grande qui est la principale utilisée et une autre plus petite. Elles sont situées à deux endroits stratégiques sur le plan d'eau. Deux mois de travaux lui ont été nécessaires, avec un ami, pour réaliser ces deux huttes artisanales.
 

Puis nous sommes entrés dans la hutte principale pour observer la vue sur le plan d'eau et la position des appelants. La hutte est constituée de deux parties : une partie pour l'observation et le tir des canards et l'autre comme pièce de convivialité (avec lits, table et le nécessaire pour se restaurer et se réchauffer lors des longues nuits d'hiver). La chasse aux gibiers d'eau en Vendée est interdite la nuit, autorisée uniquement à partir de deux heures avant le lever du soleil et jusqu'à deux heures après le coucher du soleil. La chasse à la hutte se pratique uniquement le soir et le matin.

Le principal facteur de réussite de pose est le vent. Ensuite vient la position des appelants sur le plan d'eau qui sont disposés à différents endroits selon le vent. Il existe différents types d'appelants appelés court-cri, moyen-cri et long-cri. Cela évoque leur capacité à chanter lorsqu'ils sont sur le plan d'eau. Léopold possède des canards colverts, des sarcelles d'hivers, des canards souchets et des canards siffleurs.


Lors de cet après-midi découverte, beaucoup d'échanges ont eu lieu entre Léopold et les jeunes chasseurs sur ce mode de chasse : le tir à la bille d'acier, les prélèvements réalisés, l'acquisition des appelants, etc. Léopold est un passionné, toujours prêt à faire partager et découvrir sa passion : la chasse. Il invite régulièrement des jeunes, chasseurs ou non, à passer une soirée à la hutte avec lui. D'ailleurs, il propose aux membres de  l'ADJC 85 de passer une soirée et une matinée à la hutte.

En fin d'après midi, Aurélien Morozeau, spécialiste dans la chasse du pigeon à l'affut avec des appelants artificiels (formes non-vivantes) nous a expliqué ce mode de chasse, qui rejoint dans la théorie la chasse aux gibiers d'eau à la hutte.

Il nous a présenté les différentes formes qui existent et comment les positionner sur le terrain. La technique rejoint fortement celle de la chasse à la hutte car le vent est très important et le choix des formes aussi. Mais pour réussir, il faut pratiquer beaucoup sur le terrain et s'adapter aux conditions météorologiques, aux couloirs de passage et à la réaction des pigeons qui sont beaucoup chassés par ce mode de chasse et qui comprennent vite le leurre.

Un grand Merci à Aurélien pour nous avoir fait partager son savoir, et bien évidemment à Léopold pour son accueil, sa gentillesse et son partage de sa passion de la chasse à la hutte.
Affichages : 6169
Mis à jour le lundi 11 avril 2011 19:51

Qui est en ligne ?

Nous avons 9 invités et aucun membre en ligne

Connexion

Copyright © 2014. ANJC
S5 Logo