Articles

28
Jui
2010

Ce mois-ci, le grand champion du biathlon, Vincent Jay, première médaille d'or française aux Jeux Olympiques de Vancouver 2010, nous a fait la sympathie de nous accorder une interview pour parler de sa grande passion, vous l’aurez devinée : la chasse !


Seulement âgé de 25 ans, notre Savoyard est déjà nanti d’un palmarès impressionnant, comptant entre autres titres celui de Champion Olympique de biathlon à Vancouver au sprint 10 Kms, ainsi qu’une médaille de bronze de la poursuite 12,5 Kms aux mêmes olympiades.

ANJC : Bonjour Vincent ! Tout d’abord merci d’accorder à l’ANJC cette interview. En effet, si le grand public connaît surtout tes exploits de biathlète, c’est également Vincent Jay, le chasseur, qui est interviewé ici. Alors comment es-tu devenu chasseur ?

Vincent Jay :
Tout petit, mes oncles allaient à la chasse et du coup ils m’y ont emmené un jour… Et puis ça m’a plu !

ANJC : Quel type de chasse pratiques-tu et quels rapprochements fais-tu avec le sport que tu pratiques ?

VJ : Je pratique tous les types de chasse, petit gibier comme grand gibier, avec une tendance au gibier de montagne : tétras lyre, chamois mais aussi cerf et sanglier. Au chien courant, au chien d’arrêt et à l’approche. La chasse est surtout pour moi un moyen d’évasion, de penser à autre chose qu’au stress de la vie de tous les jours. Pendant que je suis à la chasse, je ne pense pas « ski » et je passe un moment sympa.

ANJC : Penses-tu que la chasse a su évoluer ces dernières années dans les mentalités ?

VJ : Je pense qu’elle est encore incomprise, mais elle est en train d’évoluer. Il faut vraiment l’expliquer et passer outre les clichés du chasseur alcoolique et qui tire sur tout ce qui bouge. Mais après, oui, il y a encore beaucoup de choses à faire à ce niveau-là.

ANJC : Quels sont selon toi les problèmes qui freinent un jeune qui aimerait chasser ?

VJ : Je pense que maintenant la chasse devient chère. Cela dépend des sociétés mais cela devient un loisir qui n’est pas donné. Un jeune chasseur, avec par exemple l’achat de la carabine, ça peut le freiner. Il y a peut-être aussi un problème au niveau de certains parents qui ne veulent pas avoir d’armes chez eux.

ANJC : J’ai vu que dans certaines interviews où tu sortais de tes exploits, tu faisais allusion à la chasse. Est-ce que suite à cela, tu as été contacté par différents acteurs du monde cynégétique ?

VJ : Oui, oui. La fédération du 73 m’a contacté. Ils m’ont invité à l’assemblée générale et m’ont remis une médaille devant les chasseurs de Savoie. Il y a eu également différents magazines et chaînes télévisées « spécial chasse ».

ANJC : Comment vois-tu l’avenir de la chasse globalement ?

VJ : Je sais qu’après une baisse des effectifs tant au niveau national que départemental, il y a eu une stabilisation et que cela va rester un peu en l’état. Au niveau Européen, il va y avoir pas mal de règlements à respecter mais à la montagne, on se sent encore bien protégés vis à vis de cela.

ANJC : Merci Vincent. Toute l’équipe de l’ANJC est très heureuse d’avoir partagé cette conversation avec toi. Nous te souhaitons une belle poursuite de ta carrière sportive… Et que l’acuité de tes tirs lors des épreuves sportives t’accompagne lors de tes approches montagnardes !

Affichages : 3664
Mis à jour le mercredi 10 avril 2013 17:01

Qui est en ligne ?

Nous avons 10 invités et aucun membre en ligne

Connexion

Copyright © 2014. ANJC
S5 Logo