Articles

19
Jan
2009
Le samedi 18  octobre 2008, l’ADJC44 en partenariat avec l’ANCLATRA organisait une opération reprise de lapins sur un site urbain, quelque part dans l'agglomération nantaise. Alex, administrateur de l'ADJC44, revient sur cette matinée.
 
Depuis quelques années, notre Jeannot national a bien du mal à faire face à la myxomatose et au VHD. Pour juguler les épidémies afin de regonfler un peu les populations de lapins présentes sur nos territoires, il existe différentes solutions. La capture de lapins à l’aide de filets, bourses, tubes et furets et la remise de ces lapins dans la nature une fois marqués et vaccinés est bien souvent la solution choisie.
 
Un petit groupe d’adhérents était présent pour cette activité que beaucoup n’avaient jamais pratiquée. Filets, piquets pour tenir les filets, bourses, tubes et furets étaient à notre disposition. La mission de la matinée était claire : il fallait utiliser à bon escient le matériel que nous disposions afin de capturer un maximum de lapins.
 
 
Sitôt arrivés sur la première garenne, nous plaçons les bourses ainsi que les tubes et deux longueurs de filet pour rattraper d’éventuels fuyards. Ce fut pour certains l’occasion d’utiliser pour la première fois ce matériel spécifique à la reprise de notre cher Raboliot. Ensuite, il était temps au furet d’entrer en action et l’attente pouvait commencer…longue attente parfois ! En effet, sur la première garenne, il fallut introduire un deuxième coco pour faire bouger la situation et même utiliser l’ancestrale technique de la mèche de souffre pour enfin récupérer nos petits carnassiers. Les garennes se sont ainsi enchainées toute la matinée avec plus ou moins de réussite car il faut être prompt lorsque Jeannot déboule de son trou. Parfois la bourse est mal installée alors le lapin sort sur le côté. D’autres fois, toutes les sorties de garenne ne sont pas obstruées alors notre gibier sort évidement par un trou non gardé…
 
En fin de matinée, nous avions capturé 12 lapins. Il était alors temps de recompter l’ensemble du matériel et de s’occuper des animaux afin de les préparer à leur futur lâcher sur  leur territoire d’accueil. Les lapins ont alors été sexés, bagués et vaccinés. Des informations ont été notées dans un registre tenu par l’ANCLATRA.  Le bilan de cette matinée est simple. La convivialité était au rendez-vous, certains adhérents ont découvert une nouvelle pratique. Les bourses fonctionnent mieux que les tubes, les lapins sortent bien mieux par les trous non gardés…
 
 
Cette activité sera à refaire les années à venir pour plusieurs raisons, et ce même si elle nécessite en amont plusieurs mois de démarches administratives. Tout d’abord, il est utile, comme pour l’ensemble de nos espèces gibier de travailler de façon plus approfondie sur le lapin. Ensuite, cela nous permet de nous réunir et de passer de bons moments. Enfin, cela montre que nous sommes capables de passer des moments agréables entre chasseurs.
Affichages : 7474
Mis à jour le vendredi 28 août 2009 19:47

Qui est en ligne ?

Nous avons 14 invités et aucun membre en ligne

Connexion

Copyright © 2014. ANJC
S5 Logo