AccueilActualitésLa vie des associations /  Histoire de lapins
Le samedi 5 avril, l'ADJC44 proposait à ses adhérents une après-midi consacrée au lapin de garenne, avec la présentation des travaux menés par l'ANCLATRA et Bio-Espace.

En guise d'introduction, Christophe Prineau, Vice-Président de l'ANCLATRA 44, a rappelé un certain nombre d'informations sur le lapin. A retenir notamment le taux de mortalité élevé dans cette espèce : problèmes embryonnaire (10 à 20% de pertes), difficultés des nouveaux nés (30% à 60% de mortalité, principalement par noyade dans les raboullières) et des premiers mois de la vie (60 à 80% de mortalité dans les 5 premiers mois), il ne reste pas grand-chose des 3 à 7 portées par ans (avec à chaque fois 3 à 10 lapereaux) que peut avoir une lapine.
Les facteurs de régression d'une population de lapins sont bien connus : habitat, maladie et prédateurs. Ce sont les trois axes sur lesquels une politique de gestion du lapin se doit d'intervenir, et si possible : SIMULTANEMENT.

 

 

Ensuite, Yves Guérin, Président de l'ANCLATRA 44 et Président Délégué de BIO-ESPACE (laboratoire créé en 1993 par l'ANCLATRA, et devenu indépendant depuis) a expliqué les travaux actuels de BIO-ESPACE.
Ces travaux concernent tout d'abord l'entomologie (la science des insectes). L'objectif de BIO-ESPACE est de se servir d'une puce, la Xenopsylla Cunicularis (puce n'allant que sur les lapins), comme d'une "seringue" pour vacciner les populations de lapins, sans avoir à les capturer.

 

 

Le programme de recherche actuel consiste à prouver que ces puces, issues du sud-ouest de la France et d'Espagne, ne risquent pas de concurrencer les espèces d'insectes autochtones. Le principe suivant est mis en place : dans un parc expérimental comprenant une population de 10 lapines (non gestantes), 300 puces sont lâchées. Au bout de plusieurs mois, des prélèvements sont effectués afin de vérifier que ces 300 puces n'ont pas survécu et qu'elles ne ne se sont pas multipliées. En Loire-Atlantique, un parc expérimental a été installé à Montbert. Les premiers résultats ont montré que sur 300 puces lâchées, une seule avait survécu au bout de 3 mois. D'autres parcs ont été installés dans plusieurs régions de France. La fin de cette phase expérimentale est prévue en 2009. Elle doit aboutir à une publication officielle, en collaboration avec un Professeur spécialisé en entomologie.

Les travaux du laboratoire BIO-ESPACE concernent également la virologie. Dans ce domaine, l'objectif est de réussir à créer un vaccin recombinant permettant de vacciner les lapins à la fois contre la myxomatose et le VHD. Ces travaux se déroulent conjointement entre la France et la Chine. L'espoir est d'arriver à d'aussi bons résultats que pour le vaccin existant aujourd'hui contre la myxomatose. Si l'arrivée d'une épidémie de myxomatose dans une population de lapins décime plus de 90% de la population la première année, les recherches ont déjà montré montré que ce taux de mortalité descend à 30% au bout de 7 ans d'une soumission régulière à un certain type de virus de la myxomatose. Cela démontre tout l'intérêt d'un vaccin.
Une fois que "la seringue" (la puce !!) et le vaccin seront prêts, il ne restera plus qu'à agir sur les populations de lapins.

Mais comme expliqué au début de cette conférence, s'attaquer uniquement à la maladie ne suffit pas. La dernière partie de l'après-midi a été consacrée à la visite d'aménagements réalisés tout spécialement pour le lapin. Sur un territoire de 7 ha, un milieu naturel favorable a été créé (plantation de sapins, subventionnée par l'ONF, et colonisées en partie par les ronces), et des garennes accueillantes construites (palettes, tôles, terre, branchages). Au bilan : du néant il y a 10 ans, le tableau de chasse a atteint la cinquantaine de lapins pour la saison 2007-2008.

Outre le fait que les travaux menés actuellement par l'ANCLATRA et BIO-ESPACE permettent de voir l'avenir avec un peu plus d'optimisme, ceux-ci sont également une nouvelle forme de crédibilité du monde cynégétique, face à nos nombreux détracteurs.

 

Les Brèves

Simulateur de tir pour l'ADJC 16

 

le SAMEDI 8 AOUT, l'ADJC 16 organise une après-midi au simulateur de tir de l'armurerie SDC à Chateaunernard, pour seulement 15€ au lieu de 29.



Venez avec votre carabine ou fusil afin de pratiquer du tir sur petits gibiers (canard, faisan...), gros gibiers (cerf, sanglier...) ou en mode tir sportif (sanglier courant, rabbit...)...
Excellent exercice pour corriger et voir les trajectoires de vos tir !!



Pour le bon déroulement de cette demi-journée seulement 7 places sont disponible sur RESERVATION au 0683655291 ou sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ADJC 89 invité en forêt d'Orthe

Samedi 14 février, L'ADJC 89 aura l'honneur d'être invité à la prestigieuse chasse des centaines en forêt d'Othe.
Les places seront attribués à la demande des membres et en privilégiant ceux qui se seront investi durant l'année dans l'association. Ceci en guise de récompense ( ce qui est normal) pour la fête de chablis, notre repas annuel. Etc
...
Mais ne crainniez rien, l'année prochaine il y aura des places, pour les personnes qui se seront investis.

L'ADJC 17 chasse le gros

Nous sommes invités le 18 Janvier 2015 pour une chasse au sanglier dans un parc sur la commune de Le Vigeant (86150). Le Rendez-vous est à 8h30 au Domaine de Les Fouillarges.
Pour ceux qui désire, un casse-croûte vous sera offert à 8h30. Ensuite nous partirons à la chasse au sanglier. Et pour clôturer la journée, un repas nous sera offert....

Si toutefois il y aurait des non-adhérents qui voudraient participer à la journée, le casse-croûte et le repas seront payant ( 10 euros les deux repas )

Dernier délai pour les inscriptions le 10 Janvier 2015
- par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
- par tél : 06 71 88 67 63 (sms possible)
- par Facebook sur cette publication.
(Les adhérents restent prioritaires à l'inscription)
Le gilet et la corne sont obligatoires. Les tireurs peuvent utiliser fusil ou carabine.
En Saint-Hubert,

Battue pour l'ADJC 16

L'ADJC 16 est invités pour une battue le samedi 31 JANVIER sur la société de chasse de Mainxe.

Casse croûte à 7h30, il vous sera offert. Début de chasse vers 8h15.
Plan de chasse de 5 chevreuils, prévoir carabine et balle au cas où il y est du sanglier.

Le rendez-vous est au stade de foot de Mainxe vers 7h15.
Réservation auprès de Mathieu 0671157748, par email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou sur Facebook.

Association Des Jeunes Chasseurs du JURA

Plusieurs journées de reprise de chevreuils sont organisées dans la Marne à Trois Fontaines au cours du mois de février. Nous proposons d'organiser une sortie e...n participant à une de ces journées.
Si vous êtes intéressé merci de le communiquer rapidement à Marc (06.31.75.47.79) et d'indiquer les dates auxquelles vous seriez disponible.

Dates proposées:
-Mardi 03/02
-Samedi 07/02
-Jeudi 12/02
-Vendredi 20/02
-Samedi 21/02
-Jeudi 26/02 (vacances scolaires).

Merci de répondre assez rapidement pour permettre une bonne organisation.

 

Vous trouverez des vidéos de reprise en suivant ces liens:

https://www.youtube.com/watch?v=rNpk4zXXzxw

http://www.dailymotion.com/video/xnhwzi_cctar-reprise-de-chevreuils_webcam

 

 

Ball trap privé de l'ADJC 02

L'ADJC 02 organise son ball trap privé sur la commune de Viry Noureuil, un petit challenge est organisé pour les adhérents. Buvette et restauration sur place.

ADJC 16

L'Associaiton des Jeunes Chasseur de la Charente organise pour la deuxième fois sa soirée dansante/apéro-dinatoire le samedi 6 septembre à partir de 20h30 à la salle des fêtes de Saint Saturnin. Renseignement  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06.83.65.52.91

Qui est en ligne ?

Nous avons 8 invités et aucun membre en ligne

Connexion

Copyright © 2017. ANJC
S5 Logo